16. Une nouvelle théorie de Schopenhauer: quand on est mou, on est mou.

Eustache lelièvre 0
Eustache LelièvreEustache Lelièvre 2
Eustache Lelièvre 3https://www.facebook.com/lebureau14delaSorbonne

Tags: , , , , , , , ,

4 Commentaires à “16. Une nouvelle théorie de Schopenhauer: quand on est mou, on est mou.”

  1. Ardalia 06. avr, 2012 à 11:30 #

    Qu’est-ce que la nature profonde, qu’est-ce que le libre-arbitre. L’en a pas fini, la Jeannette !

  2. Adrienne 06. avr, 2012 à 11:47 #

    Excellent! J’adore la tête de Schopenhauer!

  3. Clo 04. juil, 2012 à 4:27 #

    Bravo! Quelle fine perception de la nature profonde du thésard!
    Ce blog est une catastrophe: je l’ai découvert hier, me suis promis de lire un ou deux strips pour commencer ma journée en douceur et j’ai lu les 2/3 des archives!
    Sans rire, félicitations pour ce travail et pour la « stylisation » du corps de Bernadette, un vrai canon de beauté avec ses charmantes petites mains… Revenons à nos recherches…

  4. bureau14 04. juil, 2012 à 14:52 #

    @clolalu: génial, j’adore empêcher les gens de travailler!

Laisser un commentaire

Web Analytics